ACCUEIL DU PETIT, DÉPOSEZ VOTRE COLIS ICI !

Interview de Pascal Binet, responsable du Pôle Conseil Partenaire au sein de la CAF Loire-Atlantique

Dossier : Mode d'accueil du jeune enfant

Concilier vie familiale et vie professionnelle lorsque l’on a un pitchoun’ à la maison passe inévitablement par la case « trouver son mode d’accueil », souvent vécu comme le parcours du combattant. BIGRE a débroussaillé le terrain pour vous faciliter la vie et, pourquoi pas, susciter des vocations ?

Territoire attractif pour les familles, le taux de natalité de la Loire-Atlantique est pile-poil dans la moyenne nationale (11,7 enfants pour 1000 habitants en 2016). De là à dire que nous sommes un exemple national… il n’y a qu’un pas puisque nous sommes, en plus, de très bons élèves en termes de taux de couverture global d’accueil (76% contre 54% pour le natio’). Mais il reste encore des efforts à faire ! Nous avons rencontré Pascal Binet, responsable du Pôle Conseil Partenaire au sein de la CAF pour nous éclairer sur les différents modes d’accueil, les budgets consacrés et les possibilités d’agir…

›  Quel est le rôle de la CAF de Loire-Atlantique dans la création et l’accompagnement des modes d’accueil du jeune enfant ?
Outre le versement de prestations (comme la prime à la naissance ou d’allocations), notre mission est de développer les services aux familles. Nous finançons des Établissements d’Accueil du Jeune Enfant (EAJE), avec des aides pour la construction (jusqu’à 13 000 € par création de place) et le fonctionnement de la structure, ou encore accordons une prime à l’installation pour les assistants(es) maternel(les) (ASSMAT).

›  Quels sont les différents modes d’accueil ?
Il existe 5 dispositifs qui sont aidés par la CAF, soit par un versement à la structure d’accueil, soit sous forme d’allocation aux familles.
Les ASSMAT représentent le premier mode d’accueil en Loire-Atlantique, c’est une particularité du territoire du Grand Ouest. La CAF aide directement les familles qui y ont recours (via la PAJE).
Les EAJE pour les accueils réguliers et occasionnels, qui peuvent être gérés par une collectivité, une association ou même une entreprise.
Ils sont financés, pour la grande majorité, via la Prestation de Service Unique (PSU). En contrepartie, les gestionnaires doivent appliquer un tarif de 0,06% des revenus mensuels du foyer par heure et par enfant. Ce tarif permet de rendre accessible le service à toutes les familles quels que soient leurs revenus, tandis que nous versons directement au gestionnaire 4,60€ par heure.
Une minorité d’EAJE fonctionne sous un mode PAJE : ce sont les micro-crèches (10 places maximum). Les parents perçoivent la PAJE en contrepartie du paiement de la facture pour l’accueil de leur enfant. Ce mode d’accueil est moins accessible financièrement pour les familles puisque le tarif est librement fixé par le gestionnaire. Néanmoins, ces structures se développent de manière importante puisqu’elles répondent à une demande.
La garde à domicile est assez peu utilisée car plus coûteuse pour les familles. Toutefois il est possible de la faire en garde partagée à plusieurs familles.
Pour finir, le congé parental est également soutenu par la CAF.

›  Imaginons que je souhaite créer un nouveau mode d’accueil dans mon quartier ou ma commune. Comment m’y prendre ?
Commencez par faire une étude de besoin et rapprochez vous de la commune où vous souhaitez vous implanter. Il faut savoir que la compétence petite enfance n’est pas une obligation des mairies, mais quand on veut créer une structure, il faut avoir son accord. Un comité de pilotage composé du conseiller technique de la CAF, du médecin de la PMI du secteur, du responsable petite enfance de la ville va être mis en place pour vous accompagner, étudier le plan de la future structure, les éléments de votre projet d’établissement, l’équilibre financier… plusieurs guides sont disponibles sur Caf.fr que je vous conseille d’étudier avant de vous lancer ! On ne s’improvise pas professionnel dans l’accueil du jeune enfant comme ça.
Propos recueillis par Valérie MARION

LA LOIRE-ATLANTIQUE : LES MODES D’ACCUEIL EN CHIFFRES

 104 maisons d’assistantes maternelles (ASSMAT)
• 98% des ASSMAT sont des femmes
• 13 500 agréments d’ASSMAT délivrés, 11 500 ASSMAT exercent…
• 250 Établissements d’Accueil du Jeune Enfant (EAJE) représentant 7750 places dont 1290 places créées entre 2013 et 2017 sur le département et 420 pour la seule ville de Nantes
• 550 places en micro-crèches PAJE (maximum 10 enfants)
• 1 milliard 770 millions d’euros/an distribués par la CAF aux familles de Loire-Atlantique dont 23% exclusivement pour les prestations petite enfance
• Un enfant coûte entre 5 à 7 €/h à la structure avant aide de la CAF.

Un simulateur pour connaître le montant de vos allocations PAJE ? → mon-enfant.fr