Activités, le bien-être d’abord !

L’importance pour nos enfants de développer des compétences « hors champ scolaire »

Dossier : activités, le bien-être d’abord !

À l’heure où les rythmes scolaires font sujet dans toutes les chaumières, BIGRE se penche sur les activités péri et extrascolaires et en profite pour interroger Camille Chevalier sur l’importance pour nos enfants de développer des compétences « hors champ scolaire » pour leur bien-être psychologique. Doctorante en psychologie de l’enfant et de l’éducation au Centre de Recherche en Éducation de Nantes (CREN), Camille est également employée par la Ville de Nantes au service de réussite éducative où elle a mené entre autres, l’évaluation du point de vue des enfants sur la qualité de l’accueil périscolaire.


A ce propos, que pouvez-vous nous dire sur les bienfaits des activités sortant du champ scolaire dans le développement et la construction de l’identité de l’enfant ?
Les activités péri et extrascolaires peuvent contribuer à la réussite éducative dans le sens où elles sollicitent, de la même façon que l’école, certaines compétences cognitives (l’attention par exemple), conatives (la motivation ou l’estime de soi…) et/ou certaines compétences sociales (comme le rapport aux autres, l’acceptation sociale), essentielles au développement cognitif et socio-émotionnel de l’enfant.

Entre les activités péri et extrascolaires, l’enfant ne serait-il pas sur-sollicité ?
Tout dépend de l’investissement de l’enfant et de sa famille dans ces activités. En effet, un enfant qui pratique une activité de façon « récréative » peut y trouver un réel bienfait et cela peut être un facteur protecteur contre le stress et l’anxiété. À l’inverse, le surinvestissement en termes de temps et de préoccupation psychique d’un enfant dans une activité extrascolaire pourrait rentrer en conflit avec les autres sphères de vie, ce qui lui serait défavorable et aurait un effet anxiogène.
Il en revient ainsi à la famille de faire un choix raisonnable d’activités en terme d’investissement et le plus important est que ce choix prenne en considération les « goûts, envies et passions » des enfants et non pas ceux des parents…
Le temps périscolaire, quant à lui, a également pour objectif l’éducation et l’apprentissage en-dehors du champ scolaire, il peut être un bon moyen pour certains enfants de pallier un surinvestissement.

Durant le mois de février dernier, vous avez interrogé le point de vue des enfants sur l’accueil périscolaire proposé par la Ville de Nantes dans le cadre de l’évaluation de la réforme des rythmes scolaires. Pouvez-vous nous faire un bref retour ?
Nous avons donc interrogé 150 enfants scolarisés en CM1 et CM2 dans 12 écoles de la Ville de Nantes sous forme de questionnaire pour connaître leur niveau de satisfaction concernant l’accueil périscolaire proposé dans leur école. Il en ressort que la majorité des enfants apprécie le périscolaire. En particulier, ils sont contents de leur temps de pause du midi et des activités qu’ils trouvent différentes de celles de la classe. Ce qui nous laisse penser que le périscolaire est un temps éducatif reconnu par les enfants comme différent et complémentaire des activités en classe. En ce qui concerne la nature des activités, ils apprécient particulièrement les activités collectives, qui favorisent la convivialité, le partage, comme les activités de mise en scène et de création. Toutefois, la plupart des enfants s’accorde à dire que les activités ne sont pas assez variées et qu’ils n’ont pas assez de temps pour se détendre au périscolaire. De plus, ils estiment que le périscolaire est trop bruyant.

Selon vous, comment interpréter ces résultats ?
Les enfants ont besoin de temps, qui ne soit pas toujours contraint. L’enquête montre en effet que les enfants n’ont pas assez de temps pour se détendre. D’ailleurs lorsqu’on leur demande quelles sont leurs activités préférées, ils citent les jeux de cour, d’extérieur. C’est-à-dire les jeux où ils sont libres de leurs mouvements et avec leurs copains.
Il est également nécessaire pour eux d’avoir des moments où ils peuvent rêver et ne rien faire. En effet, ces instants sont nécessaires à la structure de leur personnalité car ils leur permettent de faire travailler leur imaginaire, de créer et d’inventer. L’activisme par l’accumulation de nombreuses activités péri et extrascolaires risquent d’entraîner une accumulation de fatigue chez l’enfant et des conséquences négatives sur leur construction. C’est pourquoi il est important de privilégier la qualité à la quantité, et par conséquent de qualifier l’offre d’activités proposée dans le cadre de l’accueil périscolaire, ce que la Ville de Nantes a d’ores et déjà mis en œuvre cette année.

En tant que Doctorante en psychologie de l’enfant et de l’éducation, que pensez-vous de cette démarche auprès des enfants ?
Il est important de prendre en compte l’avis des enfants et cela dès l’école maternelle et avec des procédures adaptées. Cela peut constituer un précieux support pour orienter les politiques publiques. Les enfants suggèrent eux-mêmes d’être « force de proposition » et de participer activement à la mise en place des activités au périscolaire. Cette proposition est intéressante, car à l’avenir les enfants pourraient avoir leur place dans la construction des projets pédagogiques pensés pour eux. Peut-être même avoir un pouvoir décisionnel !

Propos recueillis par Valérie MARION

POP UP

Activités sportives ou artistiques ?
Les deux ! Si c’est une demande de l’enfant.

L’âge pour commencer ?
Autour de 4 ou 5 ans. L’entrée à l’école favorise le début des activités de loisir.

D’autres enquêtes sur le territoire ?
D’autres évaluations sont menées avec l’appui de l’Université… Nantes Action Périscolaire a interrogé les Maternelles.

Filles et garçons, le même avis sur le périscolaire ?
Et non ! Les filles sont plus positives sur la relation qu’elles entretiennent avec l’équipe d’animation, mais sont moins satisfaites de l’environnement (salles, sécurité, etc.).

CM1/CM2, des différences ?
Les CM2 sont plus satisfaits de l’environnement et du rythme que les CM1 sauf sur la relation aux animateurs et parfois dans le type d’activité.