COMMENT FAIRE GARDER SES PARENTS ?

+ 4 ans
Carole Fives et Séverine Assous

+/- 20h30

Le matin, quand vous partez travailler, vous en faites quoi, vous, de vos parents ? Voici un petit livre totalement renversant ! Carole Fives et Severine Assous interpellent le lecteur sur un sujet résolument moderne : le mode de garde. La question est posée très sérieusement : comment faire garder ses parents ? Et page après page, nous compatissons avec ces enfants très sages qui ne savent à qui confier leurs papas et mamans en « bas âge ». Les laisser seuls à la maison serait irresponsable ! Appeler une babysitter ? Pas toujours fiable. Quant aux grands-parents, partis en voyage ! Quelle galère … et quel plaisir de tout mettre à l’envers ! Les couleurs acidulées et les formes arrondies attendrissent cette folie, le plus drôle dans cette situation étant que chacun ait gardé ses proportions : les adultes à la bonne taille sont exquis, accroupis dans leur parc trop petit, comme cette maman en talons qui suçote son pouce ou ce papa en costume-cravate qui saute et se roule sur le lit ! Leurs corps en mouvement débordent, dépassent, se tordent pour trouver leur place, tandis que les petits enfants téléphonent, organisent et planifient tout ce désordre. Chaque tableau se lit dans le détail, comme dans la scène du repas où un enfant se tient au sommet d’une pyramide de chaises et de tabourets pour donner la becquée à son père assis dans une chaise haute géante, tandis qu’une fillette les prend en photo, fière de son papa qui mange ses coquillettes ! Plus bas, le dîner est servi : une petite table avec deux assiettes remplies de sucreries ! C’est au moins ce qu’il faut de réconfort pour ces pauvres enfants qui aimeraient bien partir sereins au bureau, sans avoir à gérer les cas récalcitrants : les parents qui ne veulent plus faire la sieste ou bien encore ceux qui refusent de se laver. Qu’en faire ? Ne reste plus qu’à les dompter. Sauvages ! Animaux ! Voyez ce que vous faites subir à vos chers enfants (parents) ! Car oui, les petits lecteurs se reconnaîtront sans mal dans ce jeu de rôles où leurs attitudes sont ici tournées en ridicule. Du moins ce changement de point de vue pourra, c’est sûr, les faire rire et peut-être réfléchir !? Vivement l’année prochaine qu’ils entrent enfin à l’école ! Un dernier dessin montrant un petit garçon désemparé avec son papa en larmes accroché à son cou semble nous dire que pourtant, la maternelle ne résoudra pas tout…
Lucie CHARRIER
Hélium
Septembre 2017