Course contre la montre

Les Français rêveraient de vivre des journées de 28 heures.

Dossier : course contre la montre

Nous sommes en 1874 lorsque l’historien Jules Michelet constate que le sablier s’emballe et continuera ainsi durant toute la Révolution industrielle. Chacune de ses périodes s’est accompagnée de bonds technologiques qui ont transformé les usages, fait gagner du temps, et paradoxalement nous ont installé dans une véritable course contre la montre. « Cette vitesse [actuelle] est provoquée par le développement incontrôlé de la science, de la technique, de l’économie qui elle-même nous met dans un état d’accélération généralisée », explique Edgar Morin dans le documentaire L’urgence de ralentir. Un palpitant qui bat au rythme de son époque devrait-il donc savoir se ménager ?


Les Français rêveraient de vivre des journées de 28 heures, révèle un sondage IPSOS de 2010. Mais femmes et hommes ne sont pas égaux face à la trotteuse. Les femmes ont gagné une demi-heure de loisirs entre 1986 et 2010 et en consacrent une partie croissante à… la télé. D’après Médiamétrie, leur consommation est passée de 3h43 en 2003 à 4h20 en 2013. Au boulot, elles travailleraient une heure de moins que leurs collègues masculins. Mais comparés aux quarante minutes de loisirs perdues en chemin et l’heure vingt supplémentaire passée à récurer les casseroles et autres réjouissances*, on ne peut pas dire qu’elles soient tire-au-flanc. D’autant que nous pouvons être rassurés, les écarts se réduisent au profit du temps libre, pour tous !
Pourtant l’impression de surmenage persiste chez bien des personnes. Les essais sur la nécessité de ralentir fleurissent en librairie** et les alternatives comme le «slow food» ou le «cittaslow» (ville lente) essaiment depuis trente ans.

« Un des faits les plus graves et les moins remarqués, c’est que l’allure du temps a changé : il a doublé le pas d’une manière étrange ».

Alors, puisque BIGRE ne peut ralentir le temps, la rédaction a enquêté sur nos rythmes de vie. Nous vous livrons ici quelques pistes qui vous permettront de vous poser, le temps de lire ce dossier !
À découvrir, l’entretien avec le docteur Laurène Leclair-Visonneau, neurologue du Centre du sommeil et de l’hôpital Nord Laennec qui nous apporte quelques éléments sur nos nuits, tandis que celui du docteur Abdel-Halim Boudoukha, Maître de conférences en psychologie à l’Université de Nantes, nous éclaire sur la récente pathologie du surmenage, le «burn- out ».
Pour conclure, Marie-Charlotte Bretonnière, maraîchère biologique, nous apprend qu’on peut être hyperactive et heureuse sans pour autant être Wonder Woman, ni culpabiliser. Un entretien inspirant qui soulage !

Gabriel Gervier & Valérie Marion

* Selon la dernière enquête de l’INSEE « Emploi du temps » datant de 2010.
** La découverte de la lenteur, Sten Nadolny (Grasset & Fasquelle, 2008), Eloge de la lenteur, Carl Honoré (Marabout, 2005), Trop vite !, Jean-Louis Servan-Schreiber (Albin Michel, 2010)