4
octobre
2014

Alors les jeunes ados, heureux de faire du pipeau ?

Avec l’ouverture du Studio 11/15 en avril dernier, BIGRE s’est demandé comment, à un âge où la personnalité et les repères changent, on élabore une programmation qui donne aux ados l’envie de décoller du canapé. Rencontre avec Catherine Maho, directrice du Studio 11/15, et des espaces d’accueil Beaulieu – Île de Nantes et Clos Toreau.”

Pour quelle raison ouvrir des lieux spécifiques aux adolescents alors que l’offre d’activités sur le territoire de Loire-Atlantique est dense ?
Nous sommes un pôle d’activités rattaché à l’Accoord, association pour la réalisation d’activités éducatives, sociales et culturelles de la ville de Nantes. Après avoir constaté que les ados ne souhaitaient plus venir dans nos centres aérés, nous avons imaginé avec la ville de Nantes des espaces qui leur seraient dédiés. Notre enjeu est de les accompagner dans leur mobilité et leur autonomie, tout en leur offrant des activités adaptées à leur âge.

Comment réussit-on à intéresser un ado ?
Il faut une offre construite dans l’échange, leur donner la parole pour détecter leurs envies et les mettre dans des situations où ils s’aperçoivent de leurs compétences réelles. Par exemple, si un jeune aime particulièrement amuser la galerie, on peut proposer un atelier « Stand-up ». Mais l’expérimentation est primordiale ; les ouvrir à d’autres modes d’expression comme la vidéo, la photo ou encore la radio permet également d’aborder des sujets qui, au premier abord, ne les intéressent pas forcément. S’ils visitent une exposition en se mettant en situation de journaliste, cela change leur perception. Des ateliers « slam » permettent également d’aborder des problèmes particuliers, parfois personnels… Mais le principe est d’essayer, de tester. Si l’on voit que ça ne marche pas, on arrête immédiatement. C’est inutile de les obliger. En revanche, nous les obligeons tout de même à respecter leur engagement, sur une sortie par exemple, ou les règles établies. Règles qui peuvent évoluer avec eux. Nous ne sommes pas dans un schéma de consommation mais bien d’échange, de partage et d’entraide.

“À l’adolescence, on a plus envie de voir ses copains que d’aller au cours de pipeau qui laissait pourtant présager un avenir radieux dans la musique.”

À cet âge, ce sont surtout les copains qui sont importants. Non ?
Oui. Ce sont les premières expériences amoureuses aussi. Au Studio 11/15, nous remarquons qu’ils viennent aussi pour se retrouver. Les amitiés se fondent sur des affinités réelles que l’on tente d’approfondir avec nos activités.

Et les plus de 15 ans ?
Pour les plus de 16 ans, il existe une Bourse Initiatives Jeunes (de 16 à 25 ans). À cet âge, c’est à eux de prendre des initiatives et des responsabilités. N’importe quel projet peut être soumis, comme partir entre copains en vacances… Nous leur donnons des renseignements concrets sur les démarches à effectuer.
Vous êtes donc également un relai d’information sur le large public des adolescents…
Oui, mais les parents peuvent également venir pour chercher des informations. Nous avons vocation à être un pôle ressources ouvert à tous.

Propos recueillis par Valérie MARION

PARTAGER CET ARTICLE