1
décembre
2015

AMBRA SENATORE

Le 1er janvier prochain, le Centre Chorégraphique National de Nantes (CCNN) change de capitaine. Claude Brumachon, en place depuis 1992, cède sa place à Ambra Senatore, une italienne née à Turin tombée sous le charme de Nantes. Portait d’une danseuse émerveillée de pouvoir vivre de sa passion !

Un parcours
Ambra a environ cinq ans quand elle découvre la danse. Ses parents vivent alors dans une grande maison où plusieurs familles cohabitent. « Ils n’étaient pas hippies, ils étaient juste dans une dynamique de partage » nous confie-t-elle. Parmi ces habitants, une jeune femme allemande est danseuse : « nous poussions les meubles et nous dansions à longueur de journée ». Au bout d’un an, cette initiatrice repart en Allemagne ; Ambra commence alors son apprentissage, non pas dans les Ballets de la Scala ou l’Académie de danse de Rome mais dans un petit cours privé. Ce sera la danse moderne, puis classique et enfin contemporaine !

« En grandissant, je ne m’imaginais pas devenir danseuse. Architecte, cinéaste ou actrice, oui. Mais pas danseuse. Ça m’appartenait tellement, c’était tellement une partie de moi que, finalement, ça s’est fait tout seul ».

Elle débute dès 1995 en tant qu’interprète et poursuit simultanément des études en Lettres Modernes jusqu’à l’obtention d’un Doctorat en danse contemporaine à l’université de Turin (2004). Elle devient donc chercheuse et enseignante en histoire de la danse au département du Spectacle de l’Université Statale di Milano. Dès 1998, Ambra, qui n’a jamais cessé de pratiquer la danse, commence à créer ses propres pièces (dont la première Remida-remoda, une performance multimédia en collaboration avec 80/81) et multiplie les stages, les formations de chorégraphe et de metteur en scène.

Finalement, elle se détourne de l’université, choisit la scène et après plusieurs expériences collectives, elle signe en 2004 EDA-solo, sa première pièce en tant que chorégraphe. La France lui ouvre déjà les bras et ce lien se resserre dès 2009, grâce à l’accompagnement de Jacques Maugein, directeur du Théâtre Château Rouge d’Annemasse. En 2012, elle fonde la compagnie EDA, largement soutenue par la Drac et des scènes conventionnées (dont Deux Scènes de Besançon où la compagnie est en résidence depuis sa création).

« On m’avait déjà parlé de prendre la direction d’un centre chorégraphique mais je n’ai pas postulé ».

Une envie
Ambra Senatore connaissait peu Nantes. « Je suis venue jouer quelques pièces, comme à Onyx. Je ne suis donc restée que peu de temps à chaque fois mais j’en entendais beaucoup parler. Nantes a la réputation d’être une ville très active culturellement depuis une vingtaine d’années. » Si elle a choisi de postuler à Nantes, c’est parce qu’elle s’y sent bien, qu’elle a eu l’impression qu’on y travaillait beaucoup en réseau. « Ma famille a toujours beaucoup partagé. Dans le même esprit, j’ai envie de découvertes, de collaborations avec les acteurs du territoire… pour un rendu plus riche ! »

Et si le CCNN n’a pas vocation première d’accueillir des pièces mais plus des rencontres entre chorégraphes, des travaux en cours ou des répétitions publiques… Ambra souhaite poursuivre et développer les actions en direction du jeune public, notamment avec les écoles. « J’ai envie d’amener plus d’enfants au CCNN » nous confie-t-elle. Mais, pour l’heure, certaines de ses pièces ne seront programmées que la saison prochaine dans nos grandes scènes. Alors, en attendant, laissons cette danseuse-chorégraphe, bientôt mère de famille, poser ses valises dans notre cité. Benvenuto Ambra !

Valérie MARION

Centre Chorégraphique National de Nantes, le site !

PARTAGER CET ARTICLE          
À LIRE AUSSI

LA BELLE VERTE

Publié le 30 août 2020
Préserver la planète par le prisme d’une action citoyenne et positive, tel est le concept vertueux de la World Cleanup Day....

UN WEEK-END PÉTILLANT : PSCHIIIT

Publié le 22 août 2020
Pour retrouver le public après sa fermeture en mars, Stereolux prépare un vent de fraîcheur avec son premier rendez-vous PSCHIIIT. Le temps d’un week-end, les famill...

MONTER LE SON, COUVRIR LA RUMEUR

Publié le 17 août 2020
L’expo qui fait résonner les BPM…...

ELLE EST BONNE LA FRANQUETTE ?

Publié le 17 août 2020
La gourmandise, on entend plus parler que de ça !...