30
janvier
2018

CURIEUSE CRÉATIVITÉ 3/3

Article du dossier :
"CURIEUSE CRÉATIVITÉ"

Trois interviews sur la thématique : Viviane Serry – Directrice du Conservatoire de Nantes, Corinne Rohard – Plasticienne, chargée de médiation et de développement du public au Musée d’arts de Nantes, et Claire Caillard – L’atelier Plume.

VIVIANE SERRY
Directrice du Conservatoire de Nantes
Comme toutes les écoles d’enseignement L’artistique, le Conservatoire place la créativité au cœur de son programme pédagogique. Historiquement, celui-ci a été créé pour former techniquement des élèves aux disciplines des arts du spectacle. Aujourd’hui, environ 90% des étudiants sont des amateurs. Au Conservatoire, la danse et la musique sont enseignées dès 6/7 ans, tandis que la section théâtre accueille des jeunes de plus de 18 ans (qui, pour 95% d’autres eux, veulent devenir professionnels). Développer la créativité est devenue un processus inclus dès le premier cycle d’études. « Cela se traduit par une place à l’improvisation de plus en plus grande » résume Viviane Serry. Un cycle se conclut au bout de 3 à 5 ans par des évaluations où une pièce contemporaine est à réaliser. « Souvent, celle-ci est une création de l’élève. Même si c’est maladroit, surtout chez les plus  jeunes, ce n’est pas grave. Il y a toujours énormément de poésie. C’est, parfois, s’éloigner d’une démonstration de savoir-faire pour montrer sa sensibilité » précise Viviane. Car la question de l’amateur, c’est « pour nous, quelqu’un qui souhaite s’investir dans sa pratique artistique, sans que ce soit son activité principale. Ce n’est pas une personne qui fait les choses à moitié ; elle aime sa pratique et s’y engage. Approfondir ses connaissances, son savoir-faire et sa créativité, c’est aussi peut-être aller vers une autonomie, mais c’est surtout savoir prendre conscience de ce que l’on a à dire. » Pour Viviane Serry, la créativité est donc inhérente à la pratique d’une discipline artistique. « Dans le spectacle vivant, on est toujours interprète, mais il y a également une partie de la personnalité artistique qui s’exprime librement. Développer sa créativité ne veut pas dire être créateur mais être à l’écoute de son interprétation d’une œuvre. On peut très bien réinterpréter en développant une sensibilité conscientisée qui apporte de la créativité à des choses parfois très classiques ! ». Un des leviers pour la développer, c’est aussi la transversalité. Dans un conservatoire, les élèves se croisent. L’ouverture vers d’autres formes artistiques nourrit la curiosité. « Dans leur projet personnel, les élèves font souvent appel à des étudiants d’autres disciplines. Certains professeurs imposent également des projets transversaux. » La curiosité est donc un élément clé qui se cultive dans la pédagogie de l’école, tout comme la créativité qui fait donc aujourd’hui partie de l’apprentissage. « Dans nos métiers, révéler la personnalité créative de chaque enfant, adolescent ou adulte, c’est passionnant ! », conclut Viviane Serry.
V.M.

→ CONSERVATOIRE.NANTES.FR
••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

CORINNE ROHARD
Plasticienne, chargée de médiation et de développement du public au Musée d’arts de Nantes
En charge de proposer des activités de pratiques artistiques pour tous les publics du Musée, Corinne adapte ses projets selon l’âge et le profil des participants (elle intervient également auprès de public dit éloigné : handicap, maladie, difficultés sociales, etc.). Pour elle, « être créatif, c’est avant tout une façon de s’exprimer, d’inventer une méthode. De nombreux copistes, par exemple, ont démontré leur talent sans pour autant développer une créativité remarquable. » Le lien entre la technique et la création n’est donc pas forcément fondé. Le principal, de son point de vue, réside avant tout dans la notion de plaisir et de découverte. « Dans les ateliers mis en place au Musée, l’important est de s’exprimer, de s’approprier ce que l’on a retenu d’une œuvre en apprenant les techniques de la peinture (aplats, touches, formes, etc.). C’est acquérir des compétences en faisant « à la manière de… », de Monet, de Picasso, de… » Ce contact de proximité avec les pièces exposées facilite l’expressivité dans une démarche de loisir. De par son expérience, Corinne remarque que les enfants sont beaucoup plus libres et créatifs que les adultes « qui souhaitent absolument réaliser quelque chose de concret, par exemple une nature morte ». L’adulte veut bien faire alors que l’enfant est dans la découverte et la spontanéité. Si certaines personnes montrent des facilités, l’approche, le sens ou la « touch » révèlent l’originalité de l’expression, maîtrise qui passe par le travail.
V.M.

→ MUSEEDARTSDENANTES.NANTESMETROPOLE.FR

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

CLAIRE CAILLARD de L’atelier Plume
Claire est tombée dans le chaudron de la création quand elle était petite… Son itinéraire semble guidé par cet aphorisme d’Einstein « la créativité, c’est l’intelligence qui s’amuse ». Passée de la communication à la création de sa « petite épicerie du bijou pour filles spéciales », Claire donne l’impression d’avoir plus d’idées que de doigts pour les réaliser… et c’est comme ça depuis toujours. « À 10 ans déjà, je dessinais mes propres BD. Le matin, je me réveille avec 10 000 idées en tête… parfois même je me saoule ! Ça grouille et il faut que ça prenne forme. Heureusement L’Atelier Plume me permet de donner corps à tout cela ». Ses sources d’inspiration ? Des années 30 à la boîte à bijoux de sa grand-mère, en flânant sur Pinterest ou en chinant des pépites vintage sur Ebay, Claire glâne deci-delà des motifs, des textures, des couleurs et des associations qui prendront bientôt la forme d’une manchette délicate, d’une bague ornée de pierres de Jaïpur ou de bagues talisman. Et ses envies sont contagieuses… Lancé en 2013, L’Atelier Plume est désormais diffusé à travers une cinquantaine de points de vente ; de son berceau nantais jusqu’à Taïwan, la plume a pris un bel envol ! La prochaine collection est d’ailleurs en cours de shooting avec Mlle Alysson Paradis, une nouvelle étape pour notre créatrice qui a déjà à son actif de chouettes collab’ (avec Mathilde Cabanas ou encore Des petits hauts). Les photos justement sont signées Ronan Rocher, son homme à la ville. La créativité se conjugue en duo, en trio même puisqu’il semble que la jeune Marnie marche dans les pas de ses parents « pas étonnant avec un grand-père artiste peintre, un autre ingénieur du son et une grand-mère qui peint sur la céramique ». Musique, dessin, bricolage, la petite est à bonne école… Suivre son instinct, donner vie à ses créations, le paradis pour Claire qui conclut « À aucun moment je n’ai l’impression que créer une collection est un boulot ». C’est pourtant le sien et pour elle, tout va très bien merci !
Manuella Unal

E-SHOP → LATELIERPLUME.FR

PARTAGER CET ARTICLE          
À LIRE AUSSI
Article du dossier :
"CURIEUSE CRÉATIVITÉ"

CURIEUSE CRÉATIVITÉ 1/3

Publié le 30 janvier 2018
En réponse à notre demande d’interview, Frédérique Robin, Maître de Conférences en psychologie cognitive à l’Université de Nantes affirme « il n’existe pa...

CURIEUSE CRÉATIVITÉ 2/3

Publié le 30 janvier 2018
Pour saisir les contours de la créativité, nous avons rencontré différentes personnes qui, d’une manière ou d’une autre, baignent dedans ! Rencontres avec des i...