28
décembre
2014

FESTIVAL NIJINSKID

À partir de 6 mois

La saison dernière, Onyx-La Carrière, la scène conventionnée danse de Saint-Herbain, initiait le Festival Nijinskid. Cette année, l’événement, qui se veut éclectique, revient avec un nouveau partenaire, la Ville de Couëron. Rencontre avec Jean-Noël Charpentier et Muriel Dagorne, respectivement programmateurs d’Onyx et du Théâtre Boris Vian.

Nijinskid, quel drôle de nom !___Jean-Noël Charpentier : Oui, nous nous sommes inspirés de Vaslav Nijinski, célèbre danseur et chorégraphe russo-polonais (1889-1950) en y ajoutant un « D » pour amener la dimension jeune public ! Ce festival est l’un des seuls en France à se positionner exclusivement sur des spectacles de danse en direction des enfants (de 18 mois à 77 ans, NDLR).

L’un des seuls en France ? Comment expliquez-vous cela ?___Jean-Noël Charpentier : Trouver des spectacles de danse de qualité et adaptés au jeune public est moins évident que pour le théâtre où les recherches sont plus abouties. Il y a moins de propositions et les Centres Chorégraphiques Nationaux sont assez timides sur ce type d’offres. Ce qui n’empêche pas de trouver des créations de très grande qualité… À Onyx, nous avons toujours programmé du jeune public, nous connaissons bien ces réseaux et sommes en mesure d’offrir un vrai temps fort, sur une quinzaine de jours.
Muriel Dagorne : En s’associant sur ce festival, cela permet également une programmation plus large avec des spectacles plus intimistes, à jauge plus limitée qui, seul, seraient plus difficiles à faire venir.

Justement, faire une programmation à deux respectant les politiques culturelles de chaque commune, est-ce difficile ?___M. D : Non, nous travaillions déjà des choses en commun et nous avions cette volonté de mutualiser les moyens, de croiser les publics… Et, à Couëron, nous avons positionné notre politique culturelle exclusivement sur des spectacles dits « famille », il y avait donc une véritable logique à s’associer
à ce festival.
J-N C. : Nous pourrions même accueillir d’autres partenaires à partir du moment où l’échange et la confrontation des points de vue artistiques fonctionnent.
M. D : Nous avons une affinité en termes de programmation ce qui rend le festival plus cohérent. Nous défendons les mêmes esthétiques et faire un événement commun fait tomber des barrières pour nos publics. Certaines personnes ne pousseraient pas forcément les portes d’une salle comme Onyx, nous facilitons l’accès à la culture pour tous.

Et cette programmation alors ?___Jean-Noël Charpentier : Par exemple, il y a deux créations sur le festival qui sont accueillies en résidence à Onyx. Avec Suivez les instructions, Denis Plassard (Cie Propos) met ses cinq danseurs dans la position de répondre aux attentes d’un animateur radio qui donne des instructions à la manière de « Jacques a dit ». Bondir, s’attraper, s’envoler… La chorégraphie se crée sous nos yeux jusqu’à devenir complètement folle ! Nous accueillons également Arrêts de jeu (Dernière minute), un spectacle qui joue des poncifs des attitudes sportives. C’est notre soirée foot !
M. D : Avec BB du collectif Wonderland, les tout-petits de 6 à 18 mois pourront appréhender la danse et la musique (20 bébés maximum par séance). Une approche sensible qui convoque tous les sens !

Propos recueillis par Valérie MARION

Nijinskid (du 3 au 15 février), c’est une dizaine de spectacles sur 13 jours et une journée d’échanges programmée en direction des professionnels (enseignants, éducateurs sportifs, médiateurs culturels, programmateurs, artistes, journalistes…) sur le thème « En quoi la danse peut-elle aider les adolescents à se construire ? ».

Pour tout renseignement : →  www.onyx-culturel.org
ou →  www.ville-coueron.fr/theatre-boris-vian/

PARTAGER CET ARTICLE          
TAGS :
À LIRE AUSSI

SUMOS

Publié le 3 mars 2020
Peu d’expositions font l’effet d’un voyage. Sumos de David Prudhomme, auteur de bande dessinée multi primé, est incontestablement de celles-ci....

ET C’EST REPARTI ! Cep Party, le festival un peu belge

Publié le 3 mars 2020
Mais non, il n’est pas vraiment belge ce festival, même si depuis plusieurs années le Pays du Vignoble Nantais et le Champilambart aiment bien nous faire découvrir d...

L’INVISIBLE PREND FORME

Publié le 3 mars 2020
Ressentir l’invisible, c’est possible. Donner corps et sensation à l’indicible, c’est le pari que s’est donné Stereolux avec son grand week-end “In•visibl...

EN MARS, C’EST HANDICLAP

Publié le 3 mars 2020
Vous êtes fervents défenseurs de la culture pour tous et vous aimez les concerts : le festival Handiclap vous ouvre grand les bras....