13
décembre
2016

GILLES VERIEPE

Nous rencontrons Gilles Verièpe au cours d’une résidence au Théâtre Boris Vian de Couëron. Le jeune chorégraphe y a posé ses valises pour créer une pièce interactive qui convoque la peinture abstraite, la vidéo et la danse. Ça pourrait rebuter (trop intello ? trop techno ?) et pourtant, c’est sans filtre qu’on rentre dans son Kube, comme si on avait retrouvé notre regard d’enfant de 5 ans.

Peut-être que c’est parce qu’au départ, il n’était pas question pour lui de danser que Gilles Verièpe élabore ses créations en pensant à son jeune public. La transmission est un des moteurs de son travail. « Je viens du Nord, de la campagne plus précisément. Je viens d’une famille d’instituteurs et quand j’étais petit, la danse, c’était pour les filles et danseur, ce n’était pas un plan de carrière, ni même une option ».

À 9 ans pourtant, première révélation devant un spectacle d’une école de danse et premier refus maternel de prendre des leçons. En 4e, maman le laissera tout de même accompagner sa meilleure amie à un cours de danse moderne. Si la copine lâche très vite l’affaire, pour Gilles, c’est la révélation. Jazz, classique, moderne, une boulimie de danse le mène au Conservatoire National Supérieur de Paris, où il interprète des chorégraphies de Maguy Marin ou Claude Brumachon. Son diplôme avec mention très bien en poche, Gilles intègre des compagnies mais va très vite danser de ses propres ailes.

En 1997, un premier solo lui permet d’être repéré par des programmateurs et l’année suivante, sa création KIPPEC, déjà dédiée au jeune public, entame un cycle de 200 représentations qui l’amèneront entre autres sur la scène d’Onyx. La compagnie Gilles Verièpe (qui deviendra Cie DK59, clin d’oeil à Dunkerque) voit du pays, et maman est désormais rassurée (et plutôt fière) du parcours de son fils. La danse, c’est bien un vrai et un beau métier !

Avec Kube, sa nouvelle pièce interactive, Gilles Verièpe imagine un processus qui naît d’un environnement familier.

En empruntant des références à la couleur de Rothko, à la géométrie de Mondrian et à l’abstraction de Malevitch, Kube nous immerge dans ce que l’on apprend à l’école dès la maternelle. À l’univers pictural se mêlent l’art visuel de Fabien Maheu, la musique de Vlad Roda Gil et la danse de Gilles, accompagné par trois interprètes (Joanna Beulin, Bi Jia Yang et Yulia Zhabina) dont les costumes complètent ce tableau vivant qui évolue et se déploie comme un kaléidoscope.

L’alchimie opère, tout en douceur et en poésie. « On passe de la 2D à la 3D, de la forme à la matière, on entre dans l’humanité des danseurs et dans la sensation ». Une expérience difficile à traduire en mots tant elle se vit spontanément, selon son humeur et sa sensibilité, mais qui fonctionne parfaitement dès le plus jeune âge. « Les enfants reconnaissent intuitivement les codes visuels, ils n’ont pas besoin à tout prix de « comprendre », ils sont dans le ressenti immédiat et suivent leur propre imaginaire ». Une approche qui va à rebours d’un univers digital froid et atone « Kube cherche à magnifier l’écran pour aller vers la beauté. Je veux offrir à mes spectateurs ces moments d’éveil et de grâce, où l’œuvre dialogue avec l’univers intérieur de celui qui l’interroge du regard. Là réside l’interactivité. »

On l’aura compris, chez Gilles Verièpe, l’écran n’est absolument pas prétexte à la passivité, bien au contraire !

En dehors de la scène, Gilles avoue plutôt ne pas être totalement addict à son smartphone « Je me sers surtout des réseaux pour faire de la veille et découvrir des vidéos qui alimentent mon travail et mon inspiration. Pour le reste, le soir, le téléphone passe en mode avion et je préfère ma bonne vieille télé ». À la cool, et toujours avec le sourire !

Manuella Unal
KUBE, ce sera le samedi 11 fév. à 16h30 au Théâtre Boris Vian à Couëron, tarif unique 5€. Pensez à réserver ! Une création réalisée avec le soutien de la Ville de Couëron et présentée dans le cadre du FESTIVAL DANSE ET JEUNE PUBLIC NIJINSKID   theatreonyx.fr/programme/festival/nijinskid Site de la Cie   cie-dk59.com

 

PARTAGER CET ARTICLE          
À LIRE AUSSI

LA BELLE VERTE

Publié le 30 août 2020
Préserver la planète par le prisme d’une action citoyenne et positive, tel est le concept vertueux de la World Cleanup Day....

UN WEEK-END PÉTILLANT : PSCHIIIT

Publié le 22 août 2020
Pour retrouver le public après sa fermeture en mars, Stereolux prépare un vent de fraîcheur avec son premier rendez-vous PSCHIIIT. Le temps d’un week-end, les famill...

MONTER LE SON, COUVRIR LA RUMEUR

Publié le 17 août 2020
L’expo qui fait résonner les BPM…...

ELLE EST BONNE LA FRANQUETTE ?

Publié le 17 août 2020
La gourmandise, on entend plus parler que de ça !...