27
novembre
2018

Il était graphiste… et puis P.A.F !

À 41 ans et après un parcours de graphiste et designer textile, Matthieu Bujeau est devenu père au foyer. Le titre peut surprendre, pourtant lui-même l’arbore avec décontraction et fierté.

Certes ils sont rares les hommes qui choisissent de prendre un congé parental d’éducation, seulement 4 %. Sans doute parce que les à priori ont la vie dure : s’occuper des tous petits serait une affaire de femmes, le contraire sujet à commentaires. Cela dénoterait un manque d’ambition et pourquoi pas de virilité ! Enfin, si les risques de mettre sa carrière de côté persistent et rendent certains frileux, il en existe d’autres qui ont franchi le pas, la preuve !

Au départ, rien ne prédisposait Matthieu à endosser ce rôle et cette activité à plein temps.

Seul garçon parmi deux sœurs, il grandit à la campagne près de Laval. De là naît sa sensibilité pour l’écologie qu’il transmet aujourd’hui à ses deux filles. Il y suit des études d’arts appliqués au lycée et, Bac en poche, part à Paris poursuivre un BTS en impression textile à Olivier de Serres. Arrivé à Nantes, il essuie les plâtres de la nouvelle école de design, devient webmaster puis retourne au textile en intégrant un bureau d’étude en Vendée. Il passe d’un CDI à un autre, pour faire marcher la concurrence et travaille alors pour les industries textiles du Choletais.

Au bout de quelques années, il choisit d’être free-lance. Mais il est encore trop tôt pour s’imaginer fonder une famille. Son activité est plutôt soutenue, il mixe aussi dans des soirées, bref il n’a pas la tête à ça ! D’autant qu’à l’époque son discours est assez radical « les enfants, c’est des pollueurs en puissance ! Pas question de détruire encore plus la planète. »

Aujourd’hui encore, il le répète mais en riant « ça consomme énormément un enfant… rien qu’en couches ! »

Et puis Matthieu a rencontré Morgan, ils ont eu une fille, Effie, sont partis vivre dans le vignoble pour fuir la pollution de la ville « mais on est tout de même au milieu des pesticides ! » Il a fallu aussi repenser le travail. Au bout de dix ans en indépendant, la lassitude a gagné. « Le marketing a pris le dessus sur la direction artistique et les projets sont devenus moins créatifs. » À cela s’est ajouté la concurrence de nouveaux talents sortis des écoles d’arts, florissantes à Nantes. Les contrats sont devenus moins nombreux, les prix tirés vers le bas… Le choix du salariat s’est imposé. À la naissance de leur deuxième enfant, ils ont décidé en commun de qui prendrait le fameux congé. Pour Morgan qui tient une boutique de créateurs à Nantes, c’était difficile à envisager alors ce fut Matthieu !

« Ça n’a rien changé, je faisais déjà tout : lessive, ménage, cuisine, vaisselle, bricolage, et garder les mômes ! »

Aujourd’hui, il ne regrette pas cette décision qui lui permet de voir grandir ses filles. « Je leur apprends le partage, la politesse, à respecter les gens et la nature. » Le regard des autres ? Il n’y a jamais pensé. Ni la famille, ni les amis ne l’ont stigmatisé. « Finalement à une époque où le travail est dur à trouver, c’est comme si j’en avais pas ! » Mais Matthieu se ravise aussitôt :

« enfin si j’arrête pas et à force de porter la petite, j‘ai super mal au dos ! »

À part la fatigue, il concède que cela l’isole un peu socialement et que ses revenus ont baissé. « C’est vrai qu’on a appliqué une politique d’austérité mais on peut se passer d’acheter des fringues et de suivre la mode, de ce côté-là j’ai été servi ! Pour la musique, je la télécharge, les livres ont les prend à la médiathèque et on va à Nantes en train. »

Aujourd’hui, il a rempilé pour 12 mois. Le temps pour la petite Anna, 18 mois, de devenir autonome et pour lui de réfléchir à son avenir professionnel.

Même si à l’issue de son congé, il retrouvera son poste chez un sérigraphiste, cette parenthèse lui permettra peut-être de penser à le faire évoluer ou à se réorienter. À mi-parcours, le bilan reste positif. « Bon évidemment la petite, ne dit toujours pas maman… » mais le plaisir d’être avec ses enfants l’emporte ! Que peut-on lui souhaiter pour l’année 2019 ? « Gagner plus pour emmener mes filles découvrir le monde ! »

Ann Daloune

PARTAGER CET ARTICLE          
À LIRE AUSSI

SUMOS

Publié le 3 mars 2020
Peu d’expositions font l’effet d’un voyage. Sumos de David Prudhomme, auteur de bande dessinée multi primé, est incontestablement de celles-ci....

ET C’EST REPARTI ! Cep Party, le festival un peu belge

Publié le 3 mars 2020
Mais non, il n’est pas vraiment belge ce festival, même si depuis plusieurs années le Pays du Vignoble Nantais et le Champilambart aiment bien nous faire découvrir d...

L’INVISIBLE PREND FORME

Publié le 3 mars 2020
Ressentir l’invisible, c’est possible. Donner corps et sensation à l’indicible, c’est le pari que s’est donné Stereolux avec son grand week-end “In•visibl...

EN MARS, C’EST HANDICLAP

Publié le 3 mars 2020
Vous êtes fervents défenseurs de la culture pour tous et vous aimez les concerts : le festival Handiclap vous ouvre grand les bras....