26
juin
2015

JULIA KOWALSKI

Pour passer du documentaire à son premier film de fiction Crache cœur, récemment en sélection parallèle du festival Cannes ACID, Julia Kowalski aura mis quelques années. Parcours d’une nanto-franco-polonaise joviale et ultra dynamique qui tisse des relations fortes et va au bout de ses envies.

C’est facile avec Julia ; tout est cool, motivant, enrichissant. Une vraie passionnée qui a débuté l’apprentissage du cinéma au Lycée Guist’hau (Nantes), en prenant l’option ciné. Bac en poche, elle poursuit ses études en BTS audiovisuel à Montaigu (85) et apprend le métier de cadreuse et de chef op’ vidéo. Paris, les plateaux télé… Pour une fois, elle est un peu lassée. Elle décide donc de se lancer dans le film documentaire et se fait produire par Estelle Robin You des Films du Balibari (Nantes).

Super rencontre mais Balibari ne fait pas de fiction !

Oui, les envies évoluent et Julia a une idée. Une idée qui pourrait bien l’amener à Cannes… Nous sommes en 2009 et ce petit bout de femme, à peine trentenaire et à l’air encore juvénile, part en résidence un an en Normandie pour écrire son scénario : l’histoire de Rose, 15 ans, une ado à fleur de peau qui s’immisce dans la vie d’un ouvrier qui travaille avec son père et qui est à la recherche de son fils, le beau gosse du lycée. Rose tombe amoureuse et, finalement, embrouille la situation déjà complexe. Un film sur les premiers émois des adolescents, sans bons sentiments, et sur les relations père/fille, père/fils à l’âge où l’on prend son indépendance.

Un film non réaliste qui navigue entre le rêve et le cauchemar, qui n’est pas marqué socialement dans le présent mais vu plus comme une réminiscence.

Trouver un producteur de cinéma d’auteur (avec qui elle réalise un premier court-métrage), des financements… Au bout de quatre ans son projet est arrivé à maturation ; l’aventure du premier long métrage peut donc commencer. « Nous avons tourné en décembre et janvier dernier, en France et en Pologne. J’ai pris mon pied et compris à quel point c’était ma place, ça m’a donné de l’énergie à profusion ». Et de l’énergie, il en faudra à Julia qui a bouclé son film la veille de la projection et a été sélectionnée sur une version bêta.

« Tu as tellement mûri le projet que sur le plateau ou au montage, quels que soient les aléas, tu sais. Ça ne se passe jamais comme tu l’avais prévu mais tu rebondis, c’est comme si c’était inné ».

Il faut dire aussi que Julia sait s’entourer. Bienveillante et adepte des relations fortes, de rencontres, elle confie tout de même la musique à son frère, Daniel Kowalski. « La musique a un rôle important dans le film. C’était très agréable de travailler ensemble parce qu’on se connaît par cœur, on a les mêmes références. Ça a été un peu un bricolage familial où chacun s’est créé sa méthode et où tout s’est fixé au dernier moment, même si l’on a travaillé longtemps. Comment une trajectoire qui s’est nourrie de tout… Que du bonheur ! »

ACID accompagne les films indépendants dans leur sortie. Crache Cœur est actuellement en négociation avec plusieurs distributeurs. Il sera projeté à Nantes et sur le département dans les mois à venir.

Valérie MARION

→ balibari.com

pastille-5Julia a regardé les films de la programmation de Aux Heures d’Été. Ses coups de cœur : « Paris Texas et Tel Père, tel fils, j’adore ces 2 films ! »

PARTAGER CET ARTICLE          
À LIRE AUSSI

LA BELLE VERTE

Publié le 30 août 2020
Préserver la planète par le prisme d’une action citoyenne et positive, tel est le concept vertueux de la World Cleanup Day....

UN WEEK-END PÉTILLANT : PSCHIIIT

Publié le 22 août 2020
Pour retrouver le public après sa fermeture en mars, Stereolux prépare un vent de fraîcheur avec son premier rendez-vous PSCHIIIT. Le temps d’un week-end, les famill...

MONTER LE SON, COUVRIR LA RUMEUR

Publié le 17 août 2020
L’expo qui fait résonner les BPM…...

ELLE EST BONNE LA FRANQUETTE ?

Publié le 17 août 2020
La gourmandise, on entend plus parler que de ça !...