2
décembre
2014

J’VEUX DU CUIR !

Pour ce numéro consacré à la consommation, BIGRE s’est intéressé à une démarche à contre-courant de la production massive. Isabelle Pierres, créatrice de l’Atelier St Loup, nous accueille dans son show-room niché au cœur d’une impasse pavée place Canclaux. Bienvenue dans un univers où tout n’est que beauté, luxe, calme et volupté…

La première impression est olfactive. Ça sent le cuir, la peau, une odeur chaude et sensuelle. Isabelle reconnaît « C’est vrai que mes clients le remarquent immédiatement. Nous n’y faisons plus attention, mais en tout cas, ça ne sent pas la colle, il n’y en a pas chez nous ». Dans le décor, une machine à coudre ancienne, des gabarits, des étagères où sont exposées les créations destinées à la vente et d’autres où des peaux encore roulées attendent d’être transformées en pochettes, trousses, étuis et autres objets issus de l’inspiration d’Isabelle ou de ses clients.

« Une des particularités de l’Atelier est que nous recevons énormément de visiteurs qui viennent créer leurs pièces sur-mesure. Couleur, finition, tirettes, pompons, fermetures, tout est personnalisable à l’infini. Parfois, nos clients (notamment dans la clientèle masculine) arrivent avec l’idée d’un article qui doit avoir une fonction précise et nous le concevons ensemble. En cela, je peux dire que nos clients sont réellement des partenaires ».

Du travail artisanal, dans le respect de la matière première « la peau est une matière vivante, on la regarde, on l’inspecte, on en tire le meilleur parti et surtout, on ne la jette pas ». Ici, on travaille à l’ancienne et pas à l’usine. Une démarche qui s’apparente à l’univers du luxe : des cuirs de haute qualité et un conseil avisé. « Nos pièces doivent accompagner nos clients dans le temps. À titre personnel, je consomme peu mais je veille à choisir des choses qui vieilliront élégamment ».

Cette démarche, adoptée par toute la famille (Isabelle et son compagnon Michel, également présent à l’atelier, sont parents de deux ados : Lion 15 ans et Otto 13 ans ½) guide la création d’Isabelle. « Après avoir affirmé mon trait dans le textile au sein de très belles maisons comme Lanvin ou Lacoste, j’ai eu envie de revenir à une échelle plus humaine et de relocaliser la fabrication ».

Diplômée de l’école Duperré, mais sans être formée à la maroquinerie, c’est à l’instinct qu’Isabelle part dans le pays choletais en quête des peaux les plus nobles : agneau, veau et chèvre, ses matières de prédilection. En Espagne et en Italie, elle se fournit en veau grainé et cuir pailleté,

car elle sait comme personne deviner ce qui fera rugir de désir ses clients.

Parfois, de belles surprises viennent bousculer le rythme studieux de l’atelier où Isabelle, Michel et Jade, placent, coupent, et piquent avec application. « Un jour, j’ai reçu un appel de Katia, la directrice de la fondation Rudolf Nureyev qui m’a commandé une série limitée destinée à être diffusée en exclusivité pour la ligne Un soir à l’Opéra. C’était assez dingue car, étudiante, je conservais des photos des ballets dans mes cahiers de style. Être démarchée par eux des années plus tard était comme un clin d’œil du destin ».

Aujourd’hui, ses créations made in Nantes s’exportent jusqu’au Japon où elle se rend régulièrement. À l’horizon 2015, un développement maîtrisé avec l’embauche de deux salariés, et ensuite, l’envie de plancher sur une gamme enfant, et enfin, d’ouvrir un jour une boutique en nom propre. Sous son air faussement sage, St Loup croque la vie à pleines dents.

Manuella Unal

Atelier St Loup : shop.st-loup.com
Portes ouvertes le samedi 20 déc. de 11h à 20h, 4, rue de la Ville en bois (Canclaux) Nantes

Parcours St Loup
◦ Juillet 2011, création de l’Atelier St Loup avec Jean-Philippe, un ami de longue date (SARL, 4 associés)
◦ Septembre 2012, arrivée de Jade (couturière)
◦ 2013, Anne-Sophie Pic, chef étoilé, commande une ligne de porte-clés pour son restaurant
◦ 2013, collaboration avec Toshiba pour la création d’étuis pour tablettes
◦ 2014, fabrication d’une ligne exclusive pour Le Bon Marché (Paris)
◦ 2014, création d’une mini ligne d’objets pour la fondation Rudolf Nureyev
◦ Décembre 2014, My Little Paris commande une ligne exclusive pour My Little corner

 

PARTAGER CET ARTICLE          
TAGS :
À LIRE AUSSI

LA BELLE VERTE

Publié le 30 août 2020
Préserver la planète par le prisme d’une action citoyenne et positive, tel est le concept vertueux de la World Cleanup Day....

UN WEEK-END PÉTILLANT : PSCHIIIT

Publié le 22 août 2020
Pour retrouver le public après sa fermeture en mars, Stereolux prépare un vent de fraîcheur avec son premier rendez-vous PSCHIIIT. Le temps d’un week-end, les famill...

MONTER LE SON, COUVRIR LA RUMEUR

Publié le 17 août 2020
L’expo qui fait résonner les BPM…...

ELLE EST BONNE LA FRANQUETTE ?

Publié le 17 août 2020
La gourmandise, on entend plus parler que de ça !...