30
janvier
2018

LES ENFANTS D’ABORD !

Dans une société en perpétuelle quête de sens, l’enfant cristallise indéniablement les valeurs et les espoirs qui fondent le monde des adultes, y tenant ainsi une position centrale.

L’enfant occupe cependant une double place. D’une part, celle d’un individu à part entière possédant un certain degré d’autonomie, et d’autre part, celle d’un être fragile  que  l’adulte  se  doit  de  protéger et d’éduquer. Cette place accordée à l’enfant, sa dualité et cette question de liberté sont au cœur de l’exposition Les enfants d’abord ! présentée au LiFE.

À travers un ensemble d’œuvres, dont la majorité donne aux enfants la libre parole, artistes, philosophes, penseurs, architectes… y livrent un regard sans concession sur notre société contemporaine.

Morceaux choisis.

Dans La Liberté nécessite des êtres libres d’Ane Hjort Guttu, le jeune Jens exprime sans aucun filtre son indocilité face au système scolaire et sa difficulté à comprendre le concept de liberté dans un monde de contraintes.  Tout le paradoxe est là : comment apprendre à être libre alors que les modèles éducatifs impliquent une relation de subordination ? Une question à laquelle répondrait Maria Montessori par « Liberté et discipline vont toujours ensemble, ce sont deux aspects d’une même chose et là où la discipline fait défaut, la liberté n’est pas parfaite».

Alors que les modèles alternatifs d’éducation mettent en avant les notions de réciprocité et d’égalité dans la réception des savoirs, l’œuvre Postcards from the Desert Island d’Adelita Husni-Bey fait apparaître les limites de cette liberté offerte aux enfants. Grâce aux nouvelles technologies de communication et à l’époque de l’individu ultra connecté, ils évoluent  dans  une  sphère  où  règne  un sentiment  de  grande  autonomie, d’accessibilité et immédiateté. Mais, ils en deviennent des cibles marketing dont la liberté de choix demeure bien relative.

Dans le film The Thought Leader, ce sont les conférences TED en vogue aux États-Unis qui se trouvent utilisées et retournées par Liz Magic Laser. Devant un public d’adultes médusé, un jeune garçon, sorte de mini caricature du coach en développement personnel, utilise les techniques oratoires du management d’entreprise pour mettre les adultes face à l’incongruité d’une telle situation. On en ressort troublé et dérouté par tant de vérités, qui sortent de la bouche d’un enfant.

La liberté s’arrête là où commence celle des autres. CQFD.

Sonia LAROCHE

// LES ENFANTS D’ABORD ! AU LiFE (SAINT-NAZAIRE),  JUSQU’AU 1ER AVRIL. → LELIFESAINTNAZAIRE.WORDPRESS.COM

PARTAGER CET ARTICLE          
À LIRE AUSSI

LA BELLE VERTE

Publié le 30 août 2020
Préserver la planète par le prisme d’une action citoyenne et positive, tel est le concept vertueux de la World Cleanup Day....

UN WEEK-END PÉTILLANT : PSCHIIIT

Publié le 22 août 2020
Pour retrouver le public après sa fermeture en mars, Stereolux prépare un vent de fraîcheur avec son premier rendez-vous PSCHIIIT. Le temps d’un week-end, les famill...

MONTER LE SON, COUVRIR LA RUMEUR

Publié le 17 août 2020
L’expo qui fait résonner les BPM…...

ELLE EST BONNE LA FRANQUETTE ?

Publié le 17 août 2020
La gourmandise, on entend plus parler que de ça !...