21
novembre
2017

LIBERTÉ, ÉGALITÉ, LAÏCITÉ

Laïcité, j’écris ton nom. Le point sur les idées reçues.

› PETITS POINTS, GRANDE HISTOIRE
Suite à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (1789), l’Église catholique et l’État signent un traité, le Concordat, qui définit leurs domaines respectifs et éclaircit leurs relations. De 1880 à 1886, un travail de laïcisation de l’école est mené, plus connu sous l’appellation les lois Ferry (1881, l’école gratuite – 1882, l’école laïque – 1886, la neutralité des instituteurs). En 1866, Jean Macé crée la Ligue de l’Enseignement dans le but de faire des femmes et des hommes des citoyens acteurs de la société dans laquelle ils vivent. Il sera le compagnon de route d’Aristide Briand et Fernand Buisson pour rédiger la loi de 1905 qui scelle la séparation de l’État et des Églises et met fin au Concordat. Pour cesser les guerres de religions, cette loi d’apaisement fut rédigée pour la paix sociale, assez rapidement, et sans jamais mentionner le terme de laïcité. En 1946, la laïcité entre dans la constitution. Ce n’est qu’en 2004 qu’une loi vient interdire le port de signes religieux à l’école publique.

› QUE DEFINIT LA LAÏCITÉ ?
En tant que principe juridico-politique, la laïcité pose le cadre légal en France. Elle est conçue comme un instrument de paix civile, un moyen de protéger les libertés de conscience de chacun et de garantir également la liberté de culte. Elle met donc tous les citoyens, croyants ou non, sur un pied d’égalité. L’État laïque signifie formellement qu’il n’y a pas de religion officielle. C’est cette neutralité de l’État qui garantit le pluralisme religieux pour faire co-exister toutes les croyances.
Le devoir de neutralité (interdiction de porter des signes religieux) s’applique aux agents de la fonction publique, aux salariés de structures privées en mission de service public et s’impose aux élèves des écoles, collèges et lycées publics.
Toutefois, les usagers des services publics ne peuvent se prévaloir de leurs convictions religieuses pour soustraire aux règles communes.
La laïcité, c’est accepter de mettre ses conceptions religieuses en débat, dans le respect de chacun. C’est se donner la possibilité que les pensées puissent évoluer. C’est se prémunir de l’intégrisme sans stigmatiser des groupes de population.

› IDÉES REÇUES
La laïcité est une valeur
Les valeurs de la République sont la liberté, l’égalité et la fraternité. La laïcité est un principe qui rend possible le « vivre ensemble ». Elle peut donc être considérée comme faisant partie de la fraternité.
La laïcité fait de la religion une affaire privée
Souvent invoquée pour interdire le port de signes religieux au travail ou dans l’espace public, la loi de 1905, considérée comme le socle de la laïcité, garantit la liberté de conscience qui inclut la liberté de manifester sa religion en public.
Ratifiée en 1974 par la France, la convention européenne des droits de l’homme proclame «  la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites. » Toute restriction de ce droit fondamental doit être rigoureusement justifié comme pour les fonctionnaires qui se doivent à la neutralité.
Être laïque, c’est être athée
L’adjectif laïque désigne ce qui se réfère à la laïcité, doctrine de séparation des institutions religieuses et politiques. Il est donc tout à fait possible d’être laïque et croyant. L’adjectif laïc, lui, est ce qui n’est pas religieux.
La laïcité garantit l’égalité des sexes
Jusqu’à la fin des années 60, l’école publique pratiquait la séparation des sexes et la République laïque n’a accordé le droit de vote aux femmes qu’en 1944. Aujourd’hui encore, l’égalité des sexes n’est pas effective et la marche semble encore longue pour garantir l’égalité femmes – hommes !

Pour conclure, loin du procès d’intention que certains peuvent lui faire, la laïcité n’est à aucun moment un argument pour stigmatiser certaines catégories de personnes. Elle se veut plutôt un rempart au fait que la mixité sociale n’est pas encore effective dans notre société. Mixité qui existerait, peut-être, si par exemple tout le monde trouvait un travail… Si des intégristes de tous poils et de toutes obédiences manipulent des proies faciles, la laïcité est là pour les contrer. En défenseur convaincu du « vivre ensemble », BIGRE vous invite à ouvrir le dialogue…

Valérie MARION

PARTAGER CET ARTICLE          
À LIRE AUSSI

LAÏCITÉ ET DISCRIMINATION

Publié le 21 novembre 2017
Fraîchement sortie, l’étude « Égalité & citoyenneté des femmes » portée par Tissée Métisse* et réalisée par Jamila 
El Koubaily et Claire Bloch (voir Bi...

LA LAÏCITÉ À L’ÉCOLE, CONCRÈTEMENT !

Publié le 21 novembre 2017
Responsable du service Vie scolaire au sein de la Ligue de l’enseignement de Loire-Atlantique (Fédération des Amicales Laïques), Bérengère Saulnier mène des actio...

FEMMES DE PAROLES

Publié le 21 novembre 2017
En 2017, l’association Tissé Métisse lance l’enquête « Égalité & citoyenneté des femmes dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville ». Aux m...