12
septembre
2017

L’INVISIBLE SE RÉVÈLE !

La Quinzaine Photographique Nantaise investit les lieux d’exposition de la ville pour sa 21e édition placée sous les traits de l’invisible. Ouvrant une présentation en deux opus, c’est une invisibilité révélée que l’on découvre.

Les photographies dépassent les limites de nos sens pour rendre visible ce qui paraissait inaccessible. Les visages inconnus de la Chine refont surface grâce à l’impressionnante reconstitution de négatifs abandonnés par Thomas Sauvin, à L’Atelier. Une traversée temporelle et universelle immortalisant des moments de vie parfois amusants. Toujours au pays du soleil levant, l’artiste Carina Hesper invite le visiteur à faire apparaître, par le toucher, les portraits d’orphelins atteint d’une déficience visuelle.

Au Passage Sainte-Croix, Tim Franco présente la mutation de la mégalopole Chongqing où la population rurale est étouffée par l’urbanisation. Au Temple du Goût, c’est dans l’intimité de l’œil que Maurice Mikkers s’immisce, au cœur des larmes photographiées à l’aide d’un microscope. Le projet « Mars, une exploration photographique » de Xavier Barral nous emmène au plus près de la planète rouge. Cratères, dunes de sable, volcans et canyons déploient leurs contours sur des tirages couvrant 6 km de paysage.

Dans « Sur Terre, ailleurs », la surface de la Terre laisse parler l’empreinte de l’Homme depuis le point de vue d’images satellites. Née des explorations de Philippe Cauneau sur Google Earth, cette exposition offre une lecture poétique et frontale de notre monde. Contempler la vie à travers le numérique, c’est aussi ce qu’a entreprit Thibaut Kinder en révélant les contenus oubliés d’une centaine de cartes SD. Un travail d’archive en dialectique face à l’errance et la surcharge informatique. L’imperceptible prend forme à la galerie Le Rayon Vert réunissant les visions de Rebecca Topakian, Tangi Le Bigot et Quentin Jourdan autour de la disparition.

Le périple de Charles Fréger du nord au sud de l’Europe s’illustre au Château des Ducs de Bretagne où l’homme et la nature fusionnent. Les expositions « Sparks » sur la guerre en Ukraine et « Réalités impossibles » sur l’architecture des villes tendent à réduire une certaine opacité du monde contemporain. On garde bien les yeux ouverts et on part, carte en main, découvrir un monde invisible.

Marie Merlet

// QUINZAINE PHOTOGRAPHIQUE NANTAISE (NANTES), JUSQU’AU 15 OCTOBRE. → FESTIVAL-QPN.COM

PARTAGER CET ARTICLE          
À LIRE AUSSI

LA BELLE VERTE

Publié le 30 août 2020
Préserver la planète par le prisme d’une action citoyenne et positive, tel est le concept vertueux de la World Cleanup Day....

UN WEEK-END PÉTILLANT : PSCHIIIT

Publié le 22 août 2020
Pour retrouver le public après sa fermeture en mars, Stereolux prépare un vent de fraîcheur avec son premier rendez-vous PSCHIIIT. Le temps d’un week-end, les famill...

MONTER LE SON, COUVRIR LA RUMEUR

Publié le 17 août 2020
L’expo qui fait résonner les BPM…...

ELLE EST BONNE LA FRANQUETTE ?

Publié le 17 août 2020
La gourmandise, on entend plus parler que de ça !...