15
septembre
2015

LUCIE BOLZEC

Diplômée de l’École de design Nantes Atlantique, Lucie Bolzec a fait de l’innovation alimentaire son métier. Une profession encore peu répandue, qu’elle exerce en tant que designer indépendante.

Le design alimentaire, c’est quoi ?
Tout d’abord, le designer est une personne qui s’intéresse à l’usage quel que soit le domaine. Spécialiste de l’alimentaire, j’interviens autant sur le produit alimentaire – son goût, sa forme, son mode de consommation – que sur le packaging. Je fais également attention à la perception que les consommateurs peuvent avoir d’un nouveau produit afin qu’ils puissent le comprendre et qu’il réponde à leurs attentes. Dans le milieu industriel, le designer est souvent un élément fédérateur entre la Recherche et Développement (R&D) et le marketing. Nous voyons le projet comme un système dans sa globalité et cherchons à garder un maximum de cohérence par la prise en compte de tous les paramètres. Selon le projet, l’innovation peut aussi passer par l’intégration de notions telles que l’utilisation du bio, des circuits courts, l’optimisation des emballages ou encore la revalorisation des déchets.

Vous travaillez avec des PME mais également de grands groupes industriels. Sont-ils tous sensibles à cette démarche « éco-éthique » ?
On peut dire que, globalement, les acteurs de l’alimentation sont sensibilisés. S’ils souhaitent généralement tous développer des produits responsables, ce n’est pas toujours possible de le faire à 100%. Cela implique parfois qu’utiliser une matière première éco-conçue venue de loin peut ne pas être la bonne solution… Le rôle des industries est donc de peser les « pour » et les « contre » pour chaque projet et de se rapprocher de l’idéal de départ tout en respectant leurs contraintes de coût, de production, de faisabilité, etc.

Vous êtes indépendante. C’est un choix ?
Oui. J’aime multiplier les projets, les interlocuteurs, découvrir de nouveaux savoir-faire, de nouvelles entreprises. Même de toutes petites ! Cela m’arrive de travailler avec des porteurs de projet qui veulent, par exemple, monter un concept de restauration. C’est riche à la fois humainement et professionnellement.

www.luciebolzec.com

Propos recueillis par Valérie MARION

PARTAGER CET ARTICLE