2
avril
2019

PRIS POUR CIBLE

Article du dossier :
"Fils de pub ?"

« La publicité a construit un profil ‘virtuel’ de chacun de nous » Vous aimez errer sur des sites de fringues, vous avez des alertes pour les tarifs d’avion, vous lisez votre journal en ligne et vos rejetons regardent Néo & Swan sur Youtube ? Ce qui suit ne va pas vous plaire. Entretien avec Esther, hacktiviste anonyme, spécialiste de la protection des données sur le web. 

Comment la publicité nous cible-t-elle ?
Chaque site qu’on visite, que ce soit pour une paire de chaussures ou une crème de jour, c’est autant de traces qui vont être gardées, collectées par des régies pub ou d’autres sociétés, dont le but est de construire au fil du temps notre profil « virtuel », de plus en plus précis. Par exemple, j’ai fait une recherche pour une paire d’escarpins rouges.

Suite à ça, ma boîte mail est envahie de bandeaux de pub pour des escarpins : cela n’a rien d’une coïncidence.

Via la géolocalisation de mon smartphone, on sait aussi combien de temps je passe dans tel ou tel magasin et quels rayons je fréquente. Je vais ensuite recevoir sur mon téléphone portable une promotion en lien avec ce que j’ai regardé. Un autre exemple : certains sites ou applis me permettent de suivre ma perte de poids ou mes exercices sportifs. Ils vont partager ces infos à mon insu avec Facebook, ou Google, ou d’autres, et je vais recevoir ensuite des pubs pour des régimes ou des articles de sport… C’est incessant.

Du coup nous sommes traqués partout ?
Oui, jusqu’aux toilettes si vous y allez avec votre téléphone, ou n’importe quel appareil connecté ! Tout ça sert à faire de la pub ciblée, du marketing pour des produits, des services ou bien encore de la pub « politique ».

Pouvez-vous nous expliquer ?
Admettons ; j’ai cherché à acheter une Twingo, ou une vieille Clio, j’ai recherché un primeur bio pas loin et je lis Libé : il y a des chances que je vote à gauche. C’est caricatural, certes, mais ce sont de vrais indicateurs. Une fois que cela est su, je vais recevoir des articles sponsorisés, ou bien des articles sur Facebook orientés dans le but d’influencer mon point de vue. Il existe des sociétés spécialisées là-dedans, comme Digital Box par exemple. Pour les présidentielles, ou le Brexit, on cherche à orienter nos votes. C’est très bien fait. En réalité, c’est juste de la manipulation par l’information. L’info est exacte mais on l’oriente pour influencer ta pensée.

Et pour ce qui est des enfants ?
Il faut savoir que certains jeux, sur appli ou sur tablette, « écoutent » la télé, détectent ce que regarde l’enfant, puis envoient l’info à une régie publicitaire, qui elle va renvoyer sur la tablette une pub ciblée pour l’enfant. Du coup il pourra éventuellement réclamer aux parents ce qu’il a vu dans cette pub. Mais imaginez un instant que la pub soit mal ciblée, et que votre enfant reçoive une pub tout à fait inadaptée parce que papa ou maman aura regardé quelque chose pour adultes une heure avant sur la même tablette…

Tout ça nous empêche-t-il d’avoir notre libre-arbitre ?
Disons que cela va influencer ce qu’on va acheter, penser, le film qu’on va regarder, choisir comme destination de vacances, l’image que l’on va se faire des femmes et des hommes, de la sexualité… L’objectif de la publicité ciblée, c’est de toujours mieux nous connaître pour nous vendre plus de choses. Reprenons un exemple : Go Sport affiche une pub pour des baskets, nous la regardons vaguement. La boîte va payer ses diffuseurs pour afficher cette pub, et plus la pub est ciblée plus la probabilité est importante que nous cliquions dessus et que cela aille jusqu’à l’acte d’achat.

Ce mécanisme bien rôdé fait que la pub va nous enfermer dans ce que nous aimons, faisons, pensons déjà.

Sans nous inciter à la nouveauté. On appelle ça des « bulles de filtre ». Nous sommes dans une bulle qui ressemble à une passoire, qui ne va laisser passer que des contenus qui correspondent au profil virtuel que l’on s’est fait de nous à travers les traces (ces fameux cookies) que nous avons laissées sur le web. Tout ce qui ne correspond ni à nos goûts ni à nos opinions est rejeté par le filtre.

Mais quelle(s) solution(s) ? À part en avoir conscience…
Bien sûr tu peux installer des bloqueurs de pub sur PC et sur ton téléphone, mais le plus important c’est effectivement d’avoir conscience qu’un site d’info ou de vente en ligne va nous présenter ce qu’on a envie de voir, ou plus exactement ce qu’il a décrété que nous avions envie de voir. Chaque personne sur internet a donc accès à une version personnalisée du site d’info en question, ou du moteur 
de recherche qu’elle utilise, car celui-ci va adapter ses résultats de recherche en fonction de ce qu’il sait de nous.

Propos recueillis par Elsa Gambin

PARTAGER CET ARTICLE          
TAGS :
À LIRE AUSSI

PUB : « C’EST BIEN LE GENRE ! »

Publié le 2 avril 2019
Professeure associée à Audencia Sciences Com, Florence Touzé enseigne la communication des marques et interroge la responsabilité de celles-ci. Elle nous apporte son ...

PUBS & KIDS, ÇA DIT QUOI ?

Publié le 2 avril 2019
Cibles faciles, les enfants sont dans le viseur des marques qui souhaitent les fidéliser dès le plus jeune âge. Flore Guattari-Michaux, psychologue du développement e...

Fils de pub ? Le Bigro trottoir !

Publié le 2 avril 2019
On vous avait dit qu’elle reviendrait ! Alors, la revoilà ! Dorénavant à chaque numéro, Claire Loup arpente les rues de Nantes pour un micro trottoir. Celui-ci, s...