17
juillet
2020

Ça pourrait être pire

+ 3 ANS

- Einat Tsarfati traduit par Rosie Pinhas-Delpuech
- Cambourakis
- Juin 2020

Bébert et Georges, naufragés sur ce qu’il reste de leur bateau, dérivent au gré des flots. À chaque page son lot de mésaventures : d’abord la pluie, l’insupportable chant des sirènes, puis des fantômes-pirates…

si Bébert s’agace et se désespère, Georges, lui, répète inlassablement, le sourire aux lèvres, sa petite ritournelle « Ça pourrait être pire ! ». Au comique de répétition, s’ajoutent les dangers qui enflent et empirent à vue d’œil… (une trame qui n’est pas sans rappeler le fabuleux Fortunately (Heureusement) de Remy Charlip, un classique américain). Sur l’eau, sous l’eau, l’aventure tourne mal pour nos deux marins, mais si l’un râle, l’autre ne baisse pas les bras et tous les deux comptent sur leur bonne étoile.
Le pire finira-t-il ? Adepte des couleurs qui tranchent, ici c’est le bleu et ses nuances de violet, ses reflets roses et ses algues vertes qu’a choisi Einat Tsarfati pour nous emmener tantôt au sommet, tantôt au creux de la vague. Une peur qui monte et qui redescend aussitôt, calmée par la rengaine… qu’importe la houle, l’espoir fait vivre ! Les petits adoreront cet album plein d’aventures, souvenir de ce fameux petit navire qui n’avait ja ja jamais navigué, qui n’avait ja ja jamais navigué, ohé ohé !
Lucie CHARRIER

PARTAGER CET ARTICLE          
les rubriques