5
mai
2020

Miss Charity, L’enfance de l’art

+ 8 ANS

- Loïc Clément et Anne Montel
- Éditions rue de Sèvres
- Février 2020

Tout débute avec une souris baptisée Miss Petitpas. Capturée sous le tapis de la bibliothèque, cette amie au museau pointu et aux pattes tremblotantes devient l’objet de toute l’attention de Miss Charity, enfant unique et timide.

C’est dans la vie grouillante des animaux de son jardin anglais que Charity adopte toute une ménagerie. Il faut reconnaître ce souffle de vie qu’apportent un jeune hérisson, une grive à l’aile cassée, une compagnie d’escargots à l’enfant élevée dans l’ombre de deux petites sœurs parties trop tôt au paradis. Ce sont des squelettes bondissants dans l’esprit de Charity. La fillette doit aussi surmonter les peurs transmises par la bonne écossaise qui lui raconte des histoires abominables le soir au coucher. A-t-elle l’âge d’entendre ces effrayantes sornettes ? Cela importe peu ; au 19e siècle la sentimentalité et la tendresse n’étaient pas répandues dans les foyers. À l’approche de ses dix ans, l’apprentissage de Miss Charity est confié à Mademoiselle Legros, une gouvernante française. Décontenancée par cette enfant qui n’a aucun don pour la musique, le piano ou la couture, elle perçoit une passion secrète pour sa petite ménagerie. Elle lui offrira des leçons d’aquarelle et son talent percera, celui de rendre vivant avec autant de délicatesse les animaux chers à son cœur. Cette bande dessinée est une remarquable lecture du roman de Marie-Aude Murail, libre adaptation de la vie de Beatrix Potter, la célèbre écrivaine des Contes de Pierre Lapin. On fond pour cette enfance solitaire que la nature vient consoler.
Hélène CLAIRAT

PARTAGER CET ARTICLE          
les rubriques